10
Jun
2012

drapeau du brésil

Le Brésil est un pays superbe, que j'ai eu l'occasion de visiter à plusieures reprises. L'histoire de cette ancienne colonnie portuguaise est fascinante; laissez-moi vous raconter deux événements brésiliens majeurs, l'un datant de 1808, et l'autre presque deux cents ans plus tard :

1808, la couronne portugaise se déplace

1808, ça ne nous rajeunit pas… Souvenez-vous de vos cours d'histoire; à cette époque Napoleon Bonaparte est au pouvoir, et la France entreprend d'attaquer à peu près tout ce qui bouge en Europe. Il souhaite faire un blocus contre les anglais, mais le Portugal refuse. En novembre 1807, Napoleon attaque, avec le soutient de l'Espagne.

Le Roi João VI embarque alors avec sa cour pour le Brésil où il séjournera jusqu'en 1821. Le départ est précipité.

Le contenu de 700 charrettes se retrouve dans les cales de 36 navires prêts à lever l’ancre. Dans la confusion du départ, les 60 000 volumes de la Bibliothèque royale et l’argenterie des églises resteront à quai.

Au revoir Napoléon ! Au revoir et merci, disent les Brésiliens, par Jean Pierre Langellier, Le Monde, 6 Mars 2008 (article payant)

Les anglais prêtent main forte aux portuguais, et escortent l'armada jusqu'au Brésil. Quatre navires anglais sont envoyés : le Marlborough, le London, le Bedford et le Monarch, sous le commandement du Commodore Graham Moore, captaine du Marlborough.

le 29 novembre 1808, l'escadre portugaise quitte le port de Lisbonne, composée de huit vaisseaux de ligne, de trois frégates, de quatre bricks et de deux goélettes.

Rio de Janeiro devient la capitale de l'Empire (entre 1808 et 1822), le Portugal est ramené au statut de colonie.

Sur le sujet, si vous parlez portugais, vous pouvez regarder le premier épisode de la série brésilienne "cidade dos homens", sur youtube.

1994, l'inflation monstre et sa solution

Un billet de 100 reals

À cette époque, le Brésil souffre d'hyperinflation, qui atteint presque 50% par mois ; les magasins sont obligés de changer les étiquettes des prix chaque jour.

Aucun président brésilien n'arrive à inverser cette tendance. Tout, semble-t-il, à été tenté : blocage des prix, des comptes en banque… Les gens trouvent toujours des solutions, allant jusqu'à cacher la marchandise en attendant que les prix soient débloqués. Chaque tentative se solde par un échec, et le président Collor est même obligé de démissioner.

Le 19 mai 1993, Fernando Henrique Cardoso est mis en charge par le président Itamar Franco de stopper, ou du moins de réduire, l'inflation. Cardoso décide de faire appel à quatre économistes de l'univeristé catholique de Rio, notamment Edmar Bacha.

Les quatres économistes expliquent alors leur plan : réduire la création de monnaie par la banque centrale, équilibrer le budget, mais surtout, redonner confiance aux gens en leur monnaie.

Dans ce but, ils décident de créer une nouvelle monaie "virtuelle", l'URV, ou unité réélle de valeur. Alors que les gens continuent à utiliser leur cruzeiros, les prix, les salaires, et les impôts sont indiqués en URV. Le taux de change entre les cruzeiros et les URV étant décidé et publié chaque jour par la banque centrale.

"L'astuce" étant que les gens ont commencé à penser en termes d'URVs ; Et après un certain temps, la monnaie virtuelle est devenue la monnaie officielle du Brésil, le Réal, et du jour au lendemain ou presque, l'économie brésilienne changait de direction :

histogramme de l'inflation au Brésil dans les années 90

Poussé par ce succès, Cardoso deviendra le président de la République fédérative. Aujourd'hui, le Brésil est la 6eme puissance économique mondiale, un acteur majeur dans le siècle à venir.

carte en silhouette du Brésil

Manu