28
Sep
2012

affiche du spectacle

Je suis allé voir une pièce de théâtre il y a quelques jours, "Inconnu à cette adresse", une pièce adaptée par Michèle Lévy-Bram du roman épistolaire de Kressmann Taylor.

La pièce est une série de lectures de lettres entre deux vieux amis, l'un juif vivant aux États-Unis, l'autre Allemand, en 1933. La mise en scène est simple, deux bureaux côte à côte, qui sont éclairés alternativement. C'est une fiction, mais criante de vérité.

Différents acteurs vont jouer cette œuvre. En septembre, quand je l'ai vue, elle était jouée par Richard Berry et Franck Dubosc, un humoriste que j'apprécie beaucoup et que j'étais content de voir dans un rôle différent de ce qu'il joue habituellement.

Le thème est poignant, le jeu des acteurs parfait, on trouve même la pièce trop courte, ce qui est, d'une certaine façon, intéressant, puisque cela vous laisse le reste de votre soirée libre pour un restau dans le quartier, et pour parler entre amis de la pièce et de son message.

On a envie de la revoir avec chaque couple d'acteurs, pour cette histoire bouleversante, et les différences entre le jeu de chaque artiste.

Courrez voir cette pièce, elle est jouée au théâtre Antoine, 14 boulevard de Strasbourg, du mardi au samedi à 19h. Informations et réservations sur theatre-antoine.com.

Pour toutes ces raisons, j'offre à cette pièce la note maximale, de 5 jean moulins sur 5.

portrait de jean moulin portrait de jean moulin portrait de jean moulin portrait de jean moulin portrait de jean moulin

La suite de ce billet dévoile tout ou partie de l'histoire ; attention spoiler.

L'évolution de la pensée de Martin fait peur tant elle parait logique. On comprend tout à fait que le peuple allemand, contraint à la misère après le traité de Versailles, veuille enfin relever la tête. Hitler était un excellent orateur, et il a pu accéder au pouvoir et haranguer les foules comme un chef suprême.

Mais les explications de Martin sur la beauté et la force du peuple allemand sont teintées d'un profond sentiment antisémite, la phrase la plus choquante étant l'analogie avec un chirurgien, qui coupe sans état d'âme une tumeur. Ainsi sont justifiés les massacres dont ont souffert les juifs en Allemagne.

La vengeance de Max est simple, efficace et terrible. Il n'assassine pas son vieil ami, il se contente de le faire punir par la censure et les milices de son propre camp, le parti nazi qu'il semble tant aimer. On imagine avec effroi le sort qui a été réservé à Martin, et sans nul doute sa découverte des horreurs de l'Allemagne nazie, bien trop tard pour pouvoir y changer quoi que ce soit.

Commentaires

1. le 28 septembre 2012 (13 h 02), par Naja :

lol, 5 jean moulin, j'adore ^^

2. le 03 octobre 2012 (09 h 57), par asn83 :

Devant un tel enthousiasme, je n'ai pu que céder, et je suis à mon tout allé voir cette pièce.

C'était la première avec Gaspard Proust et Stéphane Guillon. Ce dernier est impeccable, avec une grande prestance sur scène et une voix qui porte bien. Gaspard par contre parait un peu jeune pour le rôle. La pièce s'ouvre avec lui, rendant très difficile de rentrer dans l'atmosphère au départ.

Le texte est effectivement génial. Difficile de croire qu'il est été écrit avant la fin de la guerre, tant il est criant de vérité. 

Par contre, même si je suis contente d'être allé le voir, je ne suis pas certaine qu'aller le voir en pièce soit plus intéressant que la lecture seule (mise à part donner l'occasion de découvrir ce dit texte). Les décors sont très bien, mais finalement on assiste presque à une 'lecture". La mise en scène et le jeu des acteurs n'apportent rien de plus.

Enfin, je trouve que le coût d'entrée est assez élevé par rapport à la durée de la prestation, et le peu de travail que l'exercice demande aux acteurs. On paye finalement pour voir des gens connus. 

Bref, si vous le pouvez, écoutez Manu et aller le voir, sinon, lisez au moins le roman épistolaire !

Réponse de Manu

Merci pour ce long commentaire ; en effet je n'ai pas mentionné le prix, assez élevé.

L'ajout de commentaires est désactivé.

Manu