08
Oct
2012

TEDxParis

Par Manu ·  Etiquette(s) : TED, TEDx

Et voilà, TEDxParis c'est terminé ; quatre heures de gymnastique cérébrale, entrecoupées d'une pause café. J'ai tweeté quelques trucs sur @epinardscaramel, et je vous propose de lire le résumé et live-tweet de Fadhila Brahimi.

l'entrée de l'Olympia

Mathieu Baudin a lancé la conférence, sur le théme de l'année 2030, dans 18 ans.

Cédric Villani est venu nous parler d'où viennent les idées, avec de nombreuses citations d'Henri Poincaré. Il faut savoir prendre des pauses, l'inspiration peut venir de n'importe où ; "Les ingrédients qui alimentent les idées : la documentation, la motivation, l’environnement propice, les échanges, les contraintes, l’intuition, la persévérance et la chance". Cédric Villani a reçu la médaille Fields en 2010.

Fabrice Chrétien nous à présenté les possibilités incroyables qu'offrent les cellules souches, capables de devenir n'importe quelle autre cellule du corps.

Ariel Fuchs est venu nous montrer le projet Sea Orbiter, un laboratoire océanographique flottant prévu pour 2013.

Lydie Laurent nous a parlé de son fils, sévèrement autiste, et a pris la défense d'une école inclusive.

César Hadara, Senior Fellow de TED 2010, nous a également parlé des océans, et du Protei, un drone marin capable de nettoyer les mers des plastiques et des fuites de pétrole.

Augustin Rosenstiehl nous a présenté des projets architecturaux, où l'agriculture revient au centre de la ville ; des immeubles où des étages entiers sont des fermes.

Céline Bardet, juriste spécialiste en droit international, est venue nous parler de crimes de guerre, de justice, et du tribunal pénal international. Une intervention fascinante.

Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche à l'institut Pasteur et au CNRS, il nous a parlé de la fausse idée selon laquelle les neurones ne se régénèrent pas. Aujourd'hui on se rend compte que les Hommes créent de nouveaux neurones tout au long de la vie, mais seulement dans des conditions optimales, sans stress.

Djinn Carrénard a réalisé un film pour 150$. Il nous a parlé de cinéma, d'émotion et d'effets spéciaux.

Éric Carreel, ingénieur et créateur de Sculpteo, est venu nous parler des objets, ceux que nous utilisons tous les jours, qui nous facilitent la vie.

J'avais vu Anjuli Pandit, étudiante à Science-Po, à TEDxParisSalon il y a quelques mois, où elle avait été la favorite des intervenants (voir l'article de Aude Lorriaux sur huffingtonpost.fr/2012/06/14). Elle a abordé les mêmes sujets, mais en français cette fois-ci. Son intervention est pleine d'optimisme, et un peu critique des jeunes français qu'elle rencontre, qui n'osent pas partir à l'étranger, d'aller là où les opportunités se trouvent.

Yann Dall'aglio, philosophe, est venu nous parler d'amouuuuur, et de la différence entre aimer une escalope… et aimer sa femme.

Daniel Tammet, autiste savant & auteur, nous a parlé de statistiques, et de la date de notre décès. Sur les 1200 personnes présentes à TEDxParis, plus de 80 ne verront pas l'an 2030. Génie des langues, Tammet a fait son talk en français, l'une des dix langues qu'il connait.

Laurent Alexandre est lui aussi venu nous parler de la mort. Dans sa présentation qui a paru pour beaucoup trop optimiste, il a parlé des bonds technologiques que l'humanité fait en matière d'espérance de vie. Pourra-t-on vivre suffisamment longtemps pour profiter de plusieurs de ces "bonds", et vivre éternellement ? Laurent Alexandre pense que oui.

Thomas Pesquet est monté sur scène en tenue d'astronaute ; il nous a parlé de l'Espace mais surtout de Mars, la prochaine étape de notre exploration. Un voyage vers la planète rouge est bien plus complexe que d'y envoyer le robot Curiosity, qui est déjà un exploit en soit. Mais les 900Kg du rover de la NASA ne sont rien à côté des 90 tonnes de matériel, et vivres, qu'il faudrait emmener pour quelques astronautes pendant 3 ans.

Un petit coucou depuis l'ISS
Un petit coucou à TEDxParis depuis l'<abbr title=

Alors, réalité en 2030, le voyage sur Mars ? Peut être. Les innovations convergent vers ce but, une avancée en termes de propulsion par exemple, permetrai un voyage plus court, donc moins de vivres et moins de blindage à transporter.

Miguel Benasayag, philosophe et chercheur franco-argentin, a essayé de faire un résumé des interventions précédentes avec humour, mais c'est (à mon avis) tombé à plat, même si ses réflexions en ont fait rire quelques-uns dans le public. Son message était que l'évolution sans limite n'est pas désirable ; "Avec le progrès on voit ce que l’on gagne mais on ne voit pas ce que l’on perd". "No limit, c'est l'anarchie et le néo-libéralisme". Ok Miguel, mais l'ultra-néo-super-libéralisme alors ?

Les différentes sessions de la journée ont été clôturées par les superbes chansons de Sly Johnson (sur youtube) & Djazia Satour (sur youtube), chacun dans un style particulier, et par le mentaliste Rémi Larrousse.

Vinvin (@vinvin), journaliste-chroniqueur-tweeteur, a eu la charge de faire la conclusion de cette journée.

Commentaires

1. le 08 octobre 2012 (14 h 01), par nyco :

Des sujets passionnants, j'espere qu'ils seront vite disponibles sur le site!

L'ajout de commentaires est désactivé.

Manu